Édition du 28 janvier 2003

Votre passeport vers les musiques classiques

Sommaire

Éditorial

À découvrir
Les CD du mois et les choix de nos médiathécaires

Actualités
Á l'opéra et en concert

Dossiers

De qui est-ce ?

Le Web musical


Contenu du site

Recherche sur Travers-sons

La rédaction

 

Pour rechercher une oeuvre dans
notre base de données musique classique

Compositeur

Oeuvre

Support

  Recherche avancée  
 

La Médiathèque est une association qui organise en Communauté française de Belgique le prêt de 850.000 médias : CD, vidéos, DVD, CD-Rom.

Nos collections
Nos nouveautés
Nos sélections
Nos sites locaux



Travers-sons paraît tous les 20 du mois sauf en juillet et août



Cette page d'actualité est mise à jour le mardi et vendredi.



Ce site est optimisé pour un écran en 800 x 600

Notre choix : Biber

Compositeur fascinant qu'Heinrich Ignaz Franz Biber ! Par son écriture pour le violon, l'instrument qui fit sa célébrité, il fit reculer les limites techniques, élargissant le catalogue des effets sonores qu'il était possible d'obtenir alors, sans jamais nuire à la musicalité de ses sonates. Celles-ci font preuve d'une grande imagination et d'une recherche raffinée dans la ligne mélodique. Les genres à variations qu'il affectionne témoignent de ces deux qualités. Dans un recueil de sonates paru en 1676, les Sonates du Rosaire, il explore les différentes façons d'accorder les quatre cordes du violon. Dans le recueil de Huit sonates pour violon et basse continue édité en 1681, il fait appel au même procédé qui rend possible des doubles-cordes et des accords inouïs.

Suite du commentaire de Anne Genette

Découvrez Zemlinsky !

Lorsque Alexander Zemlinsky meurt, le 15 mars 1942, dans les environs de New York (où il avait émigré), personne ou à peu près ne s'y intéresse dans le monde de la musique. Ce compositeur et chef d'orchestre, qui connut durant les années 1900-1930 une très importante célébrité, était tout simplement tombé dans l'oubli total. Et cet oubli dura bien au-delà de 1945. Seuls quelques mélomanes pointus connaissaient son nom pour avoir été le seul professeur de composition de Schoenberg et, plus tard, son beau-frère. Il fallut attendre la fin des années septante pour voir resurgir de façon régulière dans le monde discographique le nom de Zemlinsky. À l'occasion de la production de Eine florentinische Tragödie et de Der Zwerg à la Monnaie, nous vous proposons un dossier sur ce compositeur trop peu connu.

Notre dossier Alexander Zemlinsky
La Monnaie, du 24 janvier au 11 février 2003

 

La musique anglaise

Distante de quelques kilomètres à peine de nos frontières, l'Angleterre représente pour la plupart des continentaux que nous sommes un monde lointain et mystérieux. Sur le plan culturel, de grands noms nous sont familiers mais dans un domaine tel que celui de la musique, on ignore trop souvent la générosité créatrice d'un grand nombre de compositeurs dont l'œuvre mérite bien plus qu'un intérêt condescendant. Au cours des mois à venir, notre collaboratrice Anne Genette nous invitera à découvrir, siècle après siècle, l'incroyable richesse que peut revendiquer l'Angleterre en matière de musique.

Notre dossier "Musique anglaise"
Le XVIIIe siècle - Handel et les musiciens anglais

Le quatuor de la crise

Le Quatuor à cordes n°11 en fa mineur op.95 de Beethoven est d'abord une oeuvre de crise. Crise sentimentale d'abord, crise de l'artiste ensuite, lancé à l'assaut des démons de sa propre imagination. La couleur générale est plutôt amère. Et son final triomphant, proche de l'ouverture d'Egmont composé à la même époque, ne parvient pas à estomper totalement la tension. Concis, elliptique et souvent violent, ce quatuor confronte l'auditeur avec une autorité expressive et une maîtrise technique consommée. Ce quatuor sera donné par l'excellent Quatuor Alban Berg en compagnie du Quatuor n°4 de Schnittke et du Quatuor à cordes "Les Quintes" op. 76/2, Hob.III:76 de Haydn.

Bruxelles, PBA, le mercredi 28 janvier à 20 heures

 

 

Année Joseph Jongen

Grand interprète de la tradition symphonique belge, l'OPL ne pouvait manquer de commémorer le cinquantième anniversaire de la mort de Joseph Jongen (Liège, 1873 - Sart-lez-Spa, 1953). Professeur au Conservatoire de Liège, directeur du Conservatoire Royal de Bruxelles, de 1925 à 1939, Jongen fut sa vie durant un disciple fervent de la Schola Cantorum, par l'intermédiaire de son ami Vincent d'Indy. Ses oeuvres témoignent d'un attachement particulier aux formes orchestrales très construites de César Franck qu'il embellit d'une couleur orchestrale chatoyante et sensuelle, que lui inculqua son ami Richard Strauss. À l'occasion de cette commémoration, l'OPL propose de redécouvrir, outre son Quatuor à cordes n°1 et Rhapsodie pour flûte, hautbois, clarinette, cor, basson et piano, op.70, l'oeuvre qui ouvrit les portes de la gloire à Jongen : la cantate Comala (sur un poème du compositeur Paul Gilson), avec laquelle il remporta le Grand prix de Rome de Belgique, en 1897.

Liège, Salle Philharmonique, le vendredi 31 janvier à 20 heures
Notre dossier Joseph Jongen

 

 

Accueil  I  Éditorial  I  Critiques de CD  I  Actualités  I  Dossiers  I  Liens  I  Contenu du site

La Médiathèque  I  Nos collections  I  Recherche sur Travers-sons

 

 
 

Si vous désirez être informé des modifications de Travers-sons, cliquez sur ce lien.

Copyright © 2003 La Médiathèque - Tous droits de reproduction réservés.